L'humanité s'autodétruit à cause de la péridurale

"L'Homme* se différencie de l'animal par sa propension à être con. A t'on déjà vu un autre animal faire le con avec autant de zèle ?!"
De moi-même à cheval sur mon bidet.

note d'auteur :
*quand je dis l'Homme je veux dire l'humain dans sa globalité, mais non généralisée (la globalité), car la connerie touche uniformément les sexes et je ne voudrais pas être traité de sexiste, de généraliste ou de nationaliste ou même de raciste. Il est vrai que les arabes comme les noirs ou même les bretons chinois d'Amérique ont parfaitement le même droit fondamental d'être con à loisir, qu'il soit femme ou homme et ce indépendamment de leur age ou de leurs croyances.

la connerie limitantiste

"Oui mais nous, les français, on est con chez nous et entre nous." Pourtant certains, et ils sont plusieurs, s'y adonnent sans aucun agrément à l'extérieur de chez eux comme sur les lieux du travail, imposant à tous d'en profiter, ce qui tend à démontrer que la frontière de la connerie est imaginaire, un peu comme la ligne d'horizon ou les capacités de rétention de la ligne Maginot. Cela devrait convaincre la plupart d'entre nous, et plus particulièrement les américains, que les murs ne retiennent aucunement la connerie, quelque soit le côté où on se trouve.

En réalité si je fais le con ici même ou sur mon mur facebook, alors que je suis breton et chez moi, je démontre l'affirmation ci-dessus. Certains pourraient d'ailleurs trouver cela malvenu alors qu'un mur de réseau social sert uniquement à cela. D'ailleurs depuis que je dis principalement des conneries, j'ai obtenu une certaine reconnaissance sociale alors que quand je m'évertuais à dire des choses utiles et intelligentes on me répondait "arrête de faire le con".

Mais que ça plaise ou non aux noirs ou aux arabes, c'est quand même les notables français qui ont inventé un mot pour dissimuler la connerie : le travail (et ses travailleurs). On ne dit plus "mais quel con(ne) celui-là" mais "la rentabilité de votre productivité nous interroge". Ils sont tellement forts qu'ils ont prétendu qu'une femme qui accouche est au travail, pour pas qu'elles réclament de travailler. Et elles l'ont cru. On constate maintenant les véritables effets de la péridurale... Mais certains historiens font les cons en prétendant que ça a été inventé par d'autres (le travail parce que pour la péridurale, on connait le connard qui l'a inventé)...

Pour en revenir au sujet donc, enlever le droit d'être con à quelqu'un, le nier sous prétexte de sexe, de couleur de peau, d'origine sociale ou de frontière, est une forme de racisme qui ne dit pas son nom. Prétendre que seuls les pauvres sont cons, c'est à la limite du révisionisme négationiste de classe.
Touche pas à mon pote ou L’immigration choisie, c'est encore cela : ne prendre que des migrants pas cons, que des potes de couleur mais pas cons, c'est une collusion, un complot facile pour détruire la jeunesse d'un pays et tenter de briller en société ; d'ailleurs, si tu n'avais pas de couleur, con ou pas, on ne pouvait même pas être pote à cette époque.

Le Mètre-étalon de la connerie

Le probleme de cette jeunesse en perdition dont j'ai fait parti c'est que nous n'avions plus personne à haïr. Enfin il me parait essentiel de le préciser ici : La France est le seul pays au monde à avoir non pas des maghrébines, non pas des musulmanes ou des femmes arabes comme ailleurs dans le monde, mais des beurettes, oui monsieur : de La Véritable Beurette Française, Monsieur.

Mais vient alors la véritable question politique : Comment mesure t'on le niveau de connerie d'une personne ou même d'un pays ? On mesure le PIB, le bonheur, la richesse, la pauvreté mais qui mesure la connerie et comment ? Quel est le mètre-étalon de la connerie ? Qui le détient ? et pourquoi lui et pas moi, pourquoi pas un noir, ou un américain chinois musulman vivant en Bretagne ?

C'est une question qui selon moi mérite un referendum européen, (oui seulement européen, histoire d'être con, jusqu'au bout). On pourrait faire des concours de connerie internationale, interrégional, interdépartement, voir interville, un truc avec des vachettes ou des autruches (-"bein ouaih, ya des pays à la con qui n'ont pas de vachettes). On pourrait avoir des quartiers plus cons que d'autres comme en France par exemple et ça se visiterait...


On pourrait monter des ligues et des clubs de cons, des partis et des syndicats de connards, participer à des élections truquées à la con, faire des championnats ou des débats ou on rivaliserait de conneries. On pourrait élire le plus con d'entre-nous, celui avec un destin, et le mettre président par exemple. Il faudrait créer une boite à cons diffusant de la connerie de masse dans tous les foyers et préparant des générations à la con-sommation (au sens littéral cette fois)...

On pourrait même s'associer par compétences ou collaborer à plusieurs dans l'entreprise de la connerie et se faire concurrence. On devrait pourquoi pas, inventer des guerres extraterritoriales afin de capitaliser sur notre connerie et de montrer notre 'libéralisme' au monde, et à l'univers pour ceux qui nous envient... Mais quand des cons se rassemblent pour créer l'intelligence artificielle afin de pallier à leur démesure, je crains le pire... mais qu'est ce que j'ai hâte.

Bon vous allez me dire mais qu'il est con. et il semble que ça ne date pas d'hier puisque ma mère me le disait déjà. Là où j'ai été le plus con, je dois bien l'avouer, c'est quand j'ai cru que je ne l'étais pas.
Mais puisque l'essentiel est dit maintenant, on est en droit alors de se demander si je ne suis pas ici zanimophobe, en leur niant leur capacité à la connerie car rien n'est prouvé en ce domaine.
J'attends la réaction des animaux, en toute courtoisie bien entendu.